:her(e)
entretiens

Dans le cadre de la Saison Africa2020 et de son Focus Femmes, arc en rêve a invité le collectif saay/yaas – Patti Anahory, Anna Abengowe et Mawena Yehouessi – à réfléchir sur la notion de commande au sein de la discipline architecturale avec le projet her(e) otherwise.

her(e): Accra / © Mawena Yehouessi

Les recherches des commissaires ont conduit à la création d’une plateforme participative hereotherwise.space, qui permet le partage du travail de nombreuses contributrices et de praticiennes engagées, des réflexions ou des références, toutes issues des univers africains et diasporiques et portées par des femmes. Cette publication en ligne a également donné lieu à une série d’événements publics pour questionner le rôle de la femme africaine dans les pratiques architecturales d’aujourd’hui.

Le 27 novembre 2020, une table ronde (a) round (a) table s’est tenue à Accra au Ghana où une vingtaine de femmes – artistes, designers ou architectes – ont pris la parole, donnant leur vision du monde que nous habitons et des enjeux actuels autour de la question des genres, évoquant aussi les relations complexes inhérentes au fait d’être une femme africaine dans des disciplines, comme l’art ou l’architecture, majoritairement masculines, blanches, économiquement privilégiées et centrées sur l’Occident.

Dans la continuité de ce projet participatif, les commissaires ont réalisé une série exclusive d’interviews. Après avoir invité un ensemble de contributrices à diffuser leurs projets, terminés, inachevés, ou rêvés, saay/yaas donne la parole à six architectes et artistes ghanéennes pour échanger autour de la période dans laquelle nous vivons.

De par leurs fonctions, leurs histoires personnelles, leurs domaines d’activités et leurs convictions, ces six femmes abordent différemment les notions essentielles de la discipline architecturale et les transposent aux complexités et enjeux de nos sociétés actuelles. La place des femmes, la recherche d’une identité, l’écologie, le Covid, l’accessibilité à la culture ou encore les traditions et les communautés locales sont autant de sujets variés qui offrent un spectre de réflexions sur notre monde contemporain.

 

Lesley Lokko – L’architecture et l’identité

Comment peut-on définir la période dans laquelle nous vivons ? À l’heure où de nombreux changements écologiques, politiques, culturels, sociaux et sociétaux s’opèrent à travers le monde, quel est le rôle des architectes et des enseignants dans la transmission d’une identité au sein de la nouvelle génération ? Lesley Lokko évoque les différences majeures entre les notions de tradition et de culture et met en exergue l’importance de l’altérité dans la formation et la réflexion architecturale.

 

Odile Tevie – Les institutions culturelles dans la société civile 

Comment rendre la culture accessible ? Comment attirer et insister les publics à profiter des centres culturels ? Les établissements culturels sont par définition des lieux essentiels de programmation artistique mais aussi de création de liens socioculturels à destination des populations locales. Odile Tevie, co-fondatrice et directrice de l’institution Nubuke Foundation, relate sa vision de la place des organismes culturels dans la société civile et notamment du rôle qu’ils peuvent et doivent jouer auprès des jeunes publics. Un rôle de découverte, de sensibilisation, de stimulation et d’enrichissement.

 

Alice Asafu-Adjaye – L’architecture traditionnelle et les communautés locales 

Comment répondre aux particularités des terrains ? Pourquoi essayer de penser des bâtiments hors du schéma habituel de l’habitation individualiste ? Comment concevoir des bâtiments accessibles et agréables pour les occupants, mais aussi pour un public plus général ? Alice Asafu-Adjaye se penche sur l’importance de la mise en valeur de structures dites traditionnelles de par leurs influences culturelles ou environnementales, mais aussi via l’attention qui doit être portée à la manière dont les habitants s’approprient les bâtiments et les quartiers.

 

bientôt en ligne

Rosemary Orthner
L’architecture éco-responsable

Akosua Serwah Obeng
L’étude des relations entre les genres et la place des femmes

Delilah Ekua Mercer
Le design intérieur en temps de Covid

her(e) otherwise
architectures en plusieurs actes


hereotherwise.space

Saison Africa2020

 

Lesley Lokko
Lesley Lokko est architecte, professeure et romancière. Diplômée de l’Université de Londres, elle enseigne l’architecture dans différents pays, aux États-unis, en Angleterre et en Afrique du Sud. En 2015, elle fonde et dirige la GSA – Graduate School of Architecture à l’Université de Johannesburg et en 2020, l’African Futures Institute, à Accra au Ghana, école d’architecture de troisième cycle et plateforme d’événements publics. Lesley Lokko se spécialise sur les questions d’identité culturelle et ethnique. Elle a été rédactrice en chef du journal FOLIO: Journal of Contemporary African Architecture et a publié plusieurs ouvrages parmi lesquels White Papers, Black Marks: Race, Space and Architecture (2000) et son premier roman, Sundowners paru en 2004. En 2020, elle a reçu le prix RIBA Annie Spink Award pour son travail d’enseignement.


Akosua Serwah Obeng

Akosua Serwah Obeng, architecte et écrivaine ghanéenne est diplômée en architecture à l’Université de Kumasi au Ghana. Elle part en Angleterre pour travailler avec Bovis Lend Lease et en 2009, retourne à Accra et rejoint l’OOA (Orthner Orthner & Associates). Elle y devient associée en 2016. En parallèle, elle se spécialise dans l’architecture durable et donne de nombreuses conférences sur ce sujet à travers le monde. Elle publie également des articles en rapport avec les travaux de l’OOA ou sur l’architecture écologique dans différents journaux.


Alice Asafu-Adjaye

Alice Asafu-Adjaye est la fondatrice de Mustard, une structure regroupant un studio de design et une boutique d’architecture à Accra au Ghana. Alice Asafu-Adjaye est diplômée de l’Université de Nottingham et de l’Université de Londres. Elle reste 20 ans au Royaume-Uni en travaillant successivement en tant qu’architecte pour Foster + Partners et Adjaye Associates.
En 2012, elle retourne au Ghana pour implanter Adjaye Associates Ghana. Elle mène alors des projets dans de nombreux pays en Afrique. En 2015, elle décide de créer Mustard. Alice Asafu-Adjaye est également membre de plusieurs institutions architecturales comme le RIBA ainsi que membre du Comité International du RIBA pour le Moyen-Orient et l’Afrique.


Rosemary Orthner

Rosemary Orthner est architecte, diplômée de l’Université de Graz en Autriche et de l’Université de Bath en Angleterre. En 2003, elle co-fonde Orthner Orthner & Associates (OOA) en Autriche puis OOA au Ghana avec Martin Orthner en 2006. Les deux institutions ont pour but de mêler la culture autrichienne et ghanéenne, dans la conception et la construction de bâtiments. Rosemary Orthner est également « consul honoraire d’Autriche » et « représentante du commerce extérieur autrichien » au Ghana.


Odile Tevie

Odile Tevie est directrice du centre culturel Nubuke Foundation, inauguré en 2006.
Diplômée en science de l’informatique et des mathématiques à l’Université du Ghana, elle a, pendant 10 ans, travaillé en Angleterre dans le domaine de la finance. En 2000, elle se tourne vers la culture, en ouvrant la galerie Black Swann, destinée à l’art africain à Londres. Elle y travaille avec des artistes Ghanéens, Togolais et Nigérians pour la promotion de leurs travaux artistiques. En 2006, elle fonde au Ghana, à Accra, le centre culturel Nubuke Foundation. Avec cette structure, elle organise régulièrement des expositions, des conférences et des ateliers pour mettre en avant et supporter les artistes ghanéens.


Delilah Ekua Mercer

Delilah Ekua Mercer est une architecte d’intérieur. Elle est la fondatrice de Craft Interiors, une agence de consultation en design installée au Ghana depuis 1991. Elle a également co-fondé Interior Designers and Decorators Ghana, une association regroupant les professionnels du design intérieur et de la décoration d’intérieur.