inservitude

«Et si l’architecture, discipline de la contrainte, ne cessait de s’inventer dans l’indiscipline des utopies créatrices?» L’exposition inservitude met en espace cette question de la liberté comme un matériau essentiel de l’architecture porteuse d’alternatives potentielles.

exposition du mercredi 19 juin au dimanche 20 octobre 2019

grande galerie + mezzanine

graphisme : arc en rêve graphisme : arc en rêve / photo : le GHI, Lacaton & Vassal, F. Druot, C. Hutin / © Philippe Ruault
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher
exposition in-servitude exposition in-servitude / ©R-Escher

Et si l’architecture, discipline de la contrainte, ne cessait de s’inventer dans l’indiscipline des utopies créatrices, des auteurs et des usages?
Entre l’avènement politique des Lumières et celui des totalitarismes du XXe siècle, où en sommes-nous dans l’art de l’inservitude volontaire, de l’indocilité réfléchie¹?
Le philosophe Guillaume le Blanc invite à ces questions.
inservitude les met en exposition avec la liberté en ligne de mire comme matériau essentiel de l’architecture, porteuse d’alternatives potentielles.

inservitude réunit une somme d’œuvres de référence internationale, comme autant d’expériences de la pensée et de la création architecturale qui expriment une vision du monde, en empruntant les chemins détournés qui vont à la rencontre des ailleurs, là où l’imprévu, la liberté et la beauté se retrouvent. Ces manières de faire, de dire, sont le fruit du travail d’architectes, urbanistes, paysagistes, ingénieurs, designers, géographes, philosophes, qui racontent ici et maintenant, une histoire du Monde.

Cette exposition affirme le point de vue d’arc en rêve sur l’architecture et son éthique, toujours en lien avec les transformations sociales, économiques, écologiques et politiques d’un territoire à une époque donnée.
Les trois projets mis en introduction, Terrains d’aventure, Orient Express Hôtel pour la clinique psychiatrique de la Chesnaie et le Centre Georges Pompidou, font référence à l’enfant, au fou, et à l’artiste. Trois figures qui, dans une représentation commune, sont associées à la liberté et à l’invention. Ils servent de clés de lecture pour comprendre l’assemblage des projets exposés et sont en résonance avec le projet fondateur d’arc en rêve.

À travers dessins, croquis, collages, documents vidéo et maquettes, l’exposition forme un corpus d’œuvres, qui se répondent, se chevauchent, et se prolongent. Une sélection de plus de 40 projets qui ont pris place dans l’histoire d’arc en rêve, en résistance aux idées de certitude, de totalité, d’homogénéité, comme une promesse d’ouverture : une invitation à considérer ce qui fait simultanément imaginaire, vie et culture.

1. L’indocilité réfléchie qu’évoqua Michel Foucault pour définir la critique.

 

lire le dépliant

inservitude

dans le cadre de la saison culturelle Liberté ! Bordeaux 2019

exposition
du mercredi 19 juin au dimanche 3 novembre 2019

inauguration
mercredi 19 juin, 19:00

inservitude assemble plus de 40 projets qui se qui se répondent, se chevauchent, et se prolongent, avec notamment

Emilio Ambasz • Atelier provisoire • Cecil Balmond • Bas Smet • Chilperic de Boiscuillé • Patrick Bouchain • Ronan & Erwan Bouroullec • Yves Brunier • François Chaslin • Kashef Chowdhury • Michel Desvigne •  Diller & Scofidio • Didier Faustino • Claude Ferret • Jean Prouvé • Yves Salier, Adrien Courtois, Pierre Lajus • Yona Friedman •  Zaha Hadid • Jacques Herzog & Pierre de Meuron • Jacques Hondelatte •  Francis Kéré • Junya Ishigami • OMA Rem Koolhaas •  Lucien & Simone Kroll • Lacaton & Vassal • Frédéric Druot •  Christophe Hutin • 51N4E • L’AUC • Fiorenza Menini •  Hans-Walter Müller • Jean Nouvel • Office KGDVS • Dominique Perrault • Cedric Price • Robert Polidori • Richard Rogers •  Renzo Piano • SANAA Kazuyo Sejima Ryue Nishizawa • Walter Niedermayr •  Léo Valls • Wang Shu, Lu Wenyu • Eyal Weizman •

+
inservitude
en théorie et en pratique
un programme de conférences
du 3 au 6 octobre 2019

données par des architectes présents dans l’exposition
avec des intellectuels invités par Guillaume le Blanc, philosophe, philosophe, professeur de philosophie sociale et politique à l’Université de Paris-Diderot, associé au commissariat de l’exposition

Can architecture, a discipline defined by constraint, constantly reinvent itself via undisciplined creative utopias, architects, and modes of use? Between the political advent of the Enlightenment and that of 20th century totalitarianism, where do we stand in the art of “voluntary inservitude” and “reflexive indocility?¹? The philosopher Guillaume le Blanc invites us to address these questions, and the exhibition inservitude explores the question of freedom as an essential raw material for architecture that offers potential alternatives.
inservitude brings together a selection of international projects in which thinking and architecture express an alternative vision of the world, treading unexplored paths that lead to places where the unexpected, freedom and beauty converge.

These ways of doing and saying things are the result of the work of architects, planners, landscape designers, geographers and philosophers who tell a story about the world, here and now.

This exhibition expresses the point of view of arc en rêve regarding architecture and its ethics, always connected to the social, economic, ecological and political transformations of a particular area at a given time.
The three projects forming an introduction, Adventure Playgrounds, Orient-Express Hôtel for the La Chesnaie psychiatric clinic, and the Centre Georges Pompidou, refer to the child, the madman and the artist: figures commonly associated with notions of freedom and invention. They serve as interpretive keys to understanding the projects on display as statements that resonate with the fundamental orientations of the arc en rêve project.

The exhibition features drawings, sketches, collages, videos and models making up a corpus of works that overlap and resonate with each other: a selection of over 40 projects that have found their place in the history of arc en rêve, resisting ideas of certainty, totality, homogeneity and embodying a spirit of openness. They invite us to reflect upon what brings together imagination, life, and culture.

1. Reflexive indocility used by Foucault to define his criticism.

Read the document