Métropole Jardin   Garden Metropolis
GRAU architectes

À travers un regard croisé sur ces quatre territoires, GRAU nous invite à explorer le potentiel d’un troisième type de ville, ni centre ni périphérie, la Métropole Jardin

exposition du jeudi 7 avril au dimanche 2 octobre 2022

galerie blanche

visuel : © Something Els visuel : © Something Els /
exposition Métropole Jardin Garden Metropolis exposition Métropole Jardin Garden Metropolis / © Ivan Mathie
exposition Métropole Jardin Garden Metropolis exposition Métropole Jardin Garden Metropolis / © Ivan Mathie
exposition Métropole Jardin Garden Metropolis exposition Métropole Jardin Garden Metropolis / © Ivan Mathie
exposition Métropole Jardin Garden Metropolis exposition Métropole Jardin Garden Metropolis / © Ivan Mathie
exposition Métropole Jardin Garden Metropolis exposition Métropole Jardin Garden Metropolis / © Ivan Mathie

La ville est, depuis le début de l’urbanisation il y a environ 6 000 ans, le lieu où l’on vit ensemble : pour l’opportunité, la sécurité, l’économie, l’envie de relations et toutes les autres raisons qui font que nous nous rassemblons. Vivre ensemble dans un certain environnement demande une organisation sociale et la structure physique de la ville en est toujours la matérialisation. 

La crise écologique et sociale dans laquelle nous ne faisons qu’entrer, et qui va modifier notre habitat naturel pour des siècles à venir, nous oblige à nous poser une question : de quoi avons-nous réellement besoin, pas seulement pour survivre mais pour vivre pleinement ? De quelles structures sociales avons nous besoin et quelles formes peuvent-elles prendre dans un environnement physique donné ? 

Le retour au local, à une vie plus simple et primitive est une image attrayante par sa simplicité dans un monde de plus en plus rapide et global, comme en témoigne la popularité du récit de Thoreau et la cabane de Walden où nos vies se réduisent aux simples nécessités comme la nourriture, l’abri, les vêtements et l’énergie primaire. 

Mais cela ne suffit pas. En tant que société nous avons besoin de plus. Nous avons besoin de relations avec les autres, nous avons besoin d’un lien avec la nature et nous avons besoin de liberté, de pouvoir exprimer et vivre notre vie de façon personnelle et créative. Ce sont des besoins universels, que nous partageons tous, où que nous soyons. 

Dans un monde ou nous cherchons constamment à nous différentier nous devons parler de ce qui nous rassemble pour regarder ailleurs et apprendre les uns des autres, sans jamais renier les spécificités indéniables des villes et de nos environnements naturels. 

À travers un regard croisé sur quatre territoires cette exposition explore le potentiel futur d’un troisième type de ville ni centre ni périphérie, la métropole jardin, et sa capacité à offrir un cadre commun qui réponde à tous nos besoins.

GRAU, Paris, 2022

commissariat de l’exposition
GRAU
Susanne Eliasson et Anthony Jammes, architectes urbanistes
Something Els
Els Vande Kerckhove, graphiste


LIRE LE DÉPLIANT

 

Susanne Eliasson et Anthony Jammes sont architectes urbanistes, fondateurs de l’agence GRAU (abréviation de « Good Reasons to Afford Urbanism ») et lauréats du Palmarès des jeunes urbanistes 2016. GRAU opère à l’intersection de l’architecture et de l’urbanisme depuis plus de dix ans en France et en Europe, à travers différents projets de renouvellement urbain, de densification de territoires existants et de projets de nouveaux quartiers.

Depuis 2010, ils menent plusieurs études sur des quartiers résidentiels des années 1950, 1960 et 1970, tels que les projets de renouvellement du quartier Grand-Parc et de transformation de la Cité-Claveau, à Bordeaux. L’agence s’intéresse plus particulièrement aux problématique de l’habitat dans des territoires à faible densité.

Ils mènent ainsi depuis plusieurs années une recherche sur le potentiel de la ville jardin, initiée en 2014 dans le cadre du plan-guide du quartier Caudéran à Bordeaux, en collaboration avec Michel et Claire Corajoud. Cette recherche les a conduits à Phoenix en Arizona, où ils ont étudié les structures de logements collectifs construites par l’architecte américain Alfred N. Beadle.

En 2017, ils publient « Apprendre de Caudéran », un ouvrage qui interroge comment le quartier de Bordeaux Caudéran pourrait être un prototype de ville jardin. Parralèllement à leurs activités au sein de GRAU, Susanne Eliasson et Anthony Jammes enseignent respectivement à la Peter Behrens School of Arts de Düsseldorf et à l’Ecole Nationnale Supérieure d’Architecture de Versailles. En 2022 Susanne est nommée architecte conseil de la ville de Bordeaux

grau-net.com

rendez-vous

rendez-vous

rencontre inaugurale

Susanne Eliasson et Anthony Jammes architectes et urbanistes, GRAU

 

jeudi 7 avril 2022 – 18:30

 

la ville confetti

Nuit des musées 2022

 

samedi 14 mai – de 18:00 à minuit
entrée libre

 

Since the beginning of urbanisation, towns and cities have been places where people live together: for the opportunities and safety they provide, for economic reasons, to fulfil a need for social bonds, and all the other reasons that make us come together as people. Living together in a particular environment requires a kind of collective organisation that always manifests itself physically, and our urban structures also reflect our values and the challenges faced by society.

This exhibition deals with an urban organization we call the Garden Metropolis. Neither the centre nor the periphery, the term refers to urban growth that has mainly occurred in the twentieth century as a direct extension of major urban centres. Because it arises from a liberal world order and a market economy, we struggle to make sense of it, often considering it as a kind of uncontrollable chaos that is the “price to pay” so that we can all satisfy our individual desires: an environment shaped by boundaries and distance instead of by a desire to live together.

But this is a reductive view of reality. This kind of urbanisation exists all over the world; we have produced it in sometimes dizzying quantities, and now we have to deal with it, constantly transforming it and gradually adapting it. To achieve this, and to give it collective meaning, we have to look at it in detail and understand the specific processes that lie behind it.

The question of the “collective meaning” of cities preoccupies us every day. What makes us belong to a broader collective sphere? What minimal urban structures do we need to live together successfully? How close can we get to one another?

With “Garden Metropolis”, we suggest looking at things in a new way and considering urban sprawl not merely as a string of residential areas but as one of the urban forms of the future. We do this by exploring its potential for transformation: as a city where landscape and the built environment work closely together, and where urban structure produces both individual wellbeing and collective meaning.

The exhibition explores the Garden Metropolis in four cities: Bordeaux, Phoenix, Brussels and Chicago—very different cities that nevertheless have points and concerns in common. In a world where we constantly seek to differentiate ourselves, we are using this exhibition as an opportunity to talk about what brings us together, to look elsewhere and learn from one another, without ever denying the specific characteristics of our cities and natural environments.

GRAU, Paris 2022

exhibition curatorship
GRAU
Susanne Eliasson et Anthony Jammes, architects urbanists
Something Els
Els Vande Kerckhove, graphic designer

 

READ THE DOCUMENT

 

Susanne Eliasson and Anthony Jammes, founded the architecture and urban design firm GRAU (“Good Reasons to Afford Urbanism”). They won the Palmarès des Jeunes Urbanistes in 2016.
GRAU has worked at the intersection between architecture and urbanism for over ten years in France and across Europe, via a range of urban renewal, densification and development projects.
Since 2010 they have carried out a number of studies on residential estates built in the 1950s, 1960s and 1970s, for example working on urban renewal projects in the Grand-Parc district and the transformation of the cité Claveau in Bordeaux.
For several years they have been carrying out research on the potential of the garden city, initiated in 2014 as part of the master plan for the Caudéran district in Bordeaux in collaboration with Michel and Claire Corajoud. This research took them to Phoenix, Arizona, where they studied collective housing projects built by the US architect Alfred N. Beadle.
In 2017, they published Apprendre de Caudéran, a book that looks at how the Caudéran district might be a prototype for a garden city.
In parallel with their activities at GRAU, Susanne Eliasson and Anthony Jammes teach respectively at the Peter Behrens School of Arts in Düsseldorf and the École nationale supérieure d’architecture de Versailles.
In 2022 Susanne was appointed architectural consultant for Bordeaux City Council.
grau-net.com